Accueil ::> Ouverture culturelle ::> Echanges ::> Projet COMENIUS ::> Déplacement à Budapest

Projet Coménius

Déplacement à Budapest

Rencontres

mardi 27 janvier 2009


Présentation

Budapest (prononcée [’budɒpɛʃt] en hongrois), surnommée la « perle du Danube », est la capitale de la Hongrie depuis 1867. Elle est le principal centre politique, industriel et économique du pays. Sa population avoisine 1,65 million d’habitants et a connu un pic de 2,1 millions dans le milieu des années 1980. La population actuelle de l’agglomération budapestoise s’élève à 2,275 millions d’habitants.

Budapest a été créée en 1873 par la réunion des communes de Buda et Óbuda, sur la rive droite du fleuve Danube et Pest, sur la rive gauche.

++++
Site et quartiers

Le Danube est l’axe vital de Budapest. Il s’écoule dans la ville sur une longueur de 28 km et une largeur de 290 à 380 m.

Budapest, ville de l’Est réputée la plus libre, joue les contrastes d’une rive à l’autre du fleuve. Sur des collines vallonnées de la rive droite du Danube, Buda, la vieille cité, la citadelle où vécut la dynastie des Habsbourg, invite à la rêverie avec ses maisons peintes et les tours du bastion des Pêcheurs. En face (sur la rive gauche, à l’est), perdue dans la brume d’où émerge le dôme du Parlement, Pest la laborieuse étire son centre administratif, économique et universitaire, ses immeubles modernes ou baroques sur la plaine de Rakos.

++++
Climat

Budapest possède un climat continental marqué par de forts écarts entre des hivers rigoureux mais assez secs et des étés chauds et humides.

Relevé météorologique de Budapest
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jul Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Température moyenne (°C) -1 2 6 12 16 20 21 21 17 11 6 2 11
Hauteur de pluie (mm) 41 40 34 43 58 77 58 56 41 42 64 50 604

++++
Histoire

L’histoire connue de Budapest remonte à la ville romaine d’Aquincum, fondée aux alentours de 89 sur le site d’un ancien campement celte, proche de ce qui allait devenir Óbuda. De 106 jusqu’à la fin du IVe siècle, elle est la capitale de la province de la Pannonie inférieure (en latin Pannonia).

Vers 896, les Magyars, ancêtres du peuple hongrois actuel, colonisent la région sous le commandement d’Arpad, et viennent peupler le bassin pannonien ainsi que le secteur d’Óbuda. La Hongrie est fondée un siècle plus tard, en l’an 1000, avec le couronnement de son premier roi, Étienne Ier canonisé sous le nom de saint Etienne. Malgré sa destruction presque totale suite à une invasion mongole en 1241, et le déplacement de la résidence royale à Visegrád en 1308, la ville devient la capitale du pays en 1361.
La conquête de la majeure partie du pays au XVIe siècle par l’Empire ottoman interrompt la croissance de la ville. Pest tombe aux mains de l’envahisseur par le sud en 1526. Buda, défendue par son château, connaît le même sort 15 ans plus tard. Alors que Buda devient le siège d’un gouverneur turc, Pest est désertée par une grande partie de ses habitants lors de sa reconquête en 1686 par l’armée impériale menée par Charles V de Lorraine, les Habsbourg étant restés rois de Hongrie depuis 1526 malgré la perte de la majorité du pays.

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, malgré une inondation dévastatrice en 1838 qui fit 70 000 morts, Pest connaît le plus fort taux de croissance grâce à un commerce très actif, contribuant très majoritairement à la croissance combinée des trois villes. En 1900, sa population dépasse celles de Buda et Óbuda réunies. Au cours du siècle suivant, la population de Pest sera multipliée par vingt, alors que celles de Buda et Óbuda seront quintuplées. En 1780, l’allemand est introduit comme langue officielle par les Habsbourg.

Budapest
Vue par le satellite spot

La fusion des trois villes sous une administration commune prend effet une première fois en 1849 sous l’impulsion du gouvernement révolutionnaire, avant d’être révoquée après la reconstitution de l’autorité Habsbourg. Elle est entérinée définitivement en 1873 par le gouvernement royal autonome hongrois issu du compromis austro-hongrois de 1867. La population totale de la capitale unifiée est multipliée par sept sur la période 1840–1900, atteignant 730 000 habitants.

Au cours du XXe siècle, la plupart des industries du pays venant se concentrer dans la ville, la croissance de la population se poursuit, touchant principalement l’agglomération. Ainsi, la population de Újpest est plus que doublée sur la période 1890–1910, et celle de Kispest est quintuplée entre 1900 et 1920. Les pertes humaines liées à la Première Guerre mondiale et la perte importante de plus des deux tiers du territoire de l’ancien royaume en 1920 ne causent qu’un trouble temporaire : Budapest demeure la capitale d’un état certes plus petit mais désormais souverain. En 1930, la ville compte un million d’habitants, plus 400 000 en agglomération.
Lors de la Seconde Guerre mondiale, les juifs sont rassemblés dans le ghetto de Budapest. Environ un tiers des 250 000 habitants juifs de Budapest moururent suite au génocide nazi perpétré pendant l’occupation allemande de 1944. Malgré cela, Budapest est aujourd’hui la capitale européenne qui a le ratio de citoyens juifs par habitant le plus élevé. En 1944, le diplomate suédois Raoul Wallenberg a sauvé au moins 10 000 juifs hongrois. À la fin de la guerre, la vieille ville fut reconstruite pierre par pierre. Budapest avait été presque entièrement détruite par les bombardements : 74 % des habitations et 97 % des usines avaient été ravagées. Au 1er janvier 1950, l’agglomération de Budapest connaît une expansion significative : de nouveaux arrondissements sont créés à partir des villes voisines. Durant les années 1950 et 1960, la ville se remet du siège soviétique de 1944, devenant, dans certaines limites, une vitrine en matière de politique pragmatique pratiquée par le gouvernement communiste du pays (1947-1989).

Le Parlement hongrois

C’est durant cette période (années 1950) qu’a été fondé l’institut de Loczy, Loczy étant une banlieue proche de Budapest, une crèche qui est reconnue mondialement pour ses méthodes de communication et d’éducation envers le nouveau-né. La démocratisation est stoppée par l’insurrection de Budapest et l’intervention de l’Union soviétique.

À partir des années 1980, Budapest, tout comme l’ensemble du pays, connaît une émigration croissante couplée à une décroissance naturelle de sa population.
Brisant en 1989 l’étau politique du communisme à coups de manifestations répétées, la république de Hongrie, à l’instar des autres pays de l’Europe de l’Est, a changé son destin. Mais cette formidable secousse qui libère les nations de la tutelle de Moscou soulève également de sévères difficultés économiques.

++++
La station aux 123 sources

Grande cité thermale, Budapest débite 40 000 000 litres d’eau chaude et 30 000 000 litres d’eau tiède par jour. On y soigne les rhumatismes et l’arthrite.

++++
Musique classique

Budapest possède deux remarquables orchestres symphoniques, l’Orchestre philharmonique national de Hongrie et surtout l’Orchestre du Festival de Budapest.

++++
Vie culturelle

Budapest a une vie culturelle intense : 25 théâtres, 9 bibliothèques nationales, 6 universités.

++++
Arrondissements

Les arrondissements de Budapest sont numérotés en spirale, dans le sens des aiguilles d’une montre, de façon analogue aux arrondissements de Paris.

À l’origine, lors de la réunification des trois villes en 1873, Budapest était constituée de dix arrondissements. Le 1er janvier 1950, alors que Budapest s’agrandit en absorbant les agglomérations voisines, douze nouveaux arrondissements sont créés, portant leur nombre à 22 ; les arrondissements existants voient leur ordre et leur taille modifiés. En 1994, le XXe arrondissement est scindé en deux parties, donnant naissance au XXIIIe et dernier arrondissement.

Les arrondissements sont répartis de la manière suivante : six dans Buda, seize dans Pest, et le dernier sur l’île Csepel entre Buda et Pest.

++++
Édifices et lieux d’intérêt

Bains
Rue Vaci
Place des Héros
Place Szentháromság
Statue du roi Stephane Ier de Hongrie

Dans Buda restaurée, on loge à l’ancienne : à la fin de la 2e guerre mondiale, la vieille ville fut reconstituée pierre par pierre. Budapest avait été presque entièrement détruite par les bombardements : 74 % des habitations et 97 % des usines avaient été ravagées.

Budapest est membre de l’Organisation des villes du patrimoine mondial.
- Les fortifications de Buda
- Le château royal de Buda
- L’église Matthias de Buda
- Le funiculaire
- Le métro de Budapest construit en 1896, un des plus anciens au monde

Le Parlement (Pest)

Achevé en 1902, le Parlement de Budapest s’inspire du palais de Londres. Sa façade monumentale surplombe le Danube. Il contient le sceptre et la couronne de saint Étienne, à la croix penchée, symbole de la Hongrie. Bâtiment très imposant, le Parlement hongrois renferme un dédale de 691 salles et 20 km d’escaliers.

La basilique Saint-Étienne à Pest
Le musée des Beaux-Arts
La place des Héros
Le monument du millénaire (1896, anniversaire de l’arrivée des Magyars)
La gare de l’ouest (Nyugati Pu) d’Eiffel
La Grande synagogue de Budapest (la plus grande d’Europe, et la deuxième du monde après celle de New York)
Les thermes
La citadelle (colline Gellert), qui contient une exposition sur le siège de Budapest en 1944

La statue d’Anonymus, dans le parc du château Vajdahunyad (agrandissement d’une statuette située à la Galerie nationale hongroise).

Chroniqueur anonyme du Moyen Âge, il fut peut-être le premier clerc du roi Béla et rédigea les premières chroniques du pays. L’inscription en latin sur son socle dit : « Notaire du très glorieux roi Béla ». Mais lequel ? Les touristes adorent se faire photographier assis sur ses genoux, et on dit que de toucher son stylo porte chance pour les études (en même temps qu’on a là un superbe symbole phallique).
Le nouveau théâtre national, édifié sur les rives du Danube. Il se trouvait précédemment à Pest, sur la place d’Astoria en lieu et place de l’actuel immeuble East-West. Il fut détruit en 1908 et le lieu de sa reconstruction donna lieu à de longs débats.

L’Académie de musique Franz-Liszt de Budapest

Le "chien de Leritheau", sculpture contemporaine édifiée en 2006 aux abords du pont de la liberté, sur la rive droite du Danube.

Le Memento Park, dans la banlieue de Budapest, musée à ciel ouvert où sont exposées des statues de l’ère communiste, preuves du gigantisme socialiste.

Théâtre hongrois de Pest

Le salon de thé Gerbeaud : En hongrois "Gerbeaud hàz". Ce salon de thé est très célèbre à Budapest et attire notamment les nombreux touristes. Il se situe sur la place Vorosmarty Ter. Il ressemble aux salons de thé viennois. Gerbeaud est le nom du pâtissier suisse qui créa l’établissement.

Basilique Saint-Étienne
Couronne de Saint-Étienne, avec sa croix tordue, symbole de la Hongrie
Nouveau théâtre national
Chateau de Buda
Danube
Muséum national
Musée d’ethnographie
Musée des arts appliqués
Maison de la terreur
Musée de l’agriculture
Opéra national de Budapest
Buda
Eglise Matthias
Thermes Széchenyi
Grand marché de Budapest
Salle de concert Vigado
Statue imposante du Memento Park

++++
Les ponts de Budapest

- Árpád híd : le pont Árpád. Pont disgracieux mais cependant utile permettant l’accès au nord de l’île Marguerite ;
- Margit híd : le pont Marguerite. Second pont construit sur le Danube (1872-1876), il fut dessiné par un cabinet d’ingénieurs Parisiens ;
- Széchenyi Lánchíd : le pont à chaînes Széchenyi, premier pont permanent de Budapest il fut construit entre 1842 et 1849. Dessiné par l’ingénieur anglais William Tierney Clark ;
- Erzsébet híd : le pont Elisabeth, reconstruction du pont original construit entre 1897 et 1903 et détruit par les Allemands en 1945 ;
- Szabadság híd : le pont de la liberté. Appelé à l’origine le pont François-Joseph (en référence à l’empereur Habsbourg), il a été inauguré en 1896 pour le millénaire de la Hongrie. C’est un pont très élégant en acier ;
- Petőfi híd : le pont Petőfi. Situé en bas du pont de la Liberté sur le Danube, il fut construit en 1930 pendant la crise économique, d’où sa simplicité.
- Lágymányosi híd : le pont de Lágymányos est situé au sud du pont Petőfi, il relie de part et d’autre du fleuve les IXe et XIe arrondissements. Entamés en 1992, les travaux se sont achevés en 1995. Le pont double le pont ferroviaire méridional de la ville (déli összekötő vasúti híd).

Lánchid, pont à chaînes de Budapest
Au premier plan, le pont Élisabeth. À droite, la plaine de Pest.
Le pont de la Liberté
Le pont Marguerite

++++
Sports à Budapest

Budapest possède un circuit automobile qui accueille régulièrement le Grand Prix de Hongrie de Formule 1.

Sur l’Île Marguerite se trouve une piscine de taille olympique (50 m) qui a notamment accueilli les Championnats d’Europe de natation 2006.

en football il y a les club du : Budapest Honvéd et MTK Hungária FC et Vasas SC qui évoluent en Hungarian National Championship ( division 1 )

++++
Aéroport

Aéroport de Budapest Ferihegy

L’aéroport de Budapest Ferihegy (code AITA : BUD) est situé à environ 25 km au sud-est du centre ville. Il est constitué de trois terminaux : Ferihegy 1 (pour les compagnies low-cost), Ferihegy 2/A et Ferihegy 2/B. Depuis l’aéroport il faut compter environ 15 EUR et 30 minutes pour rejoindre en taxi le centre ville. Malév est la compagnie aérienne nationale.

Un service de bus relie les terminaux 1 et 2 avec le terminus du métro (ligne bleue). Un service de minibus (commun avec d’autres voyageurs) est également disponible et permet d’être déposé à l’adresse demandée.

L’aéroport a été privatisé début 2006 et racheté par British Airports Authority (BAA) qui souhaite en faire l’un des plus importants aéroports d’Europe centrale.

++++
Chemins de fer

Budapest vue d’avion. Pest à gauche et Buda à droite. Île Marguerite au centre.

Les trois principales gares de Budapest sont Keleti pályaudvar (gare de l’Est), Nyugati pályaudvar (gare de l’Ouest), et Déli pályaudvar (gare du Sud). Toutes les trois offrent des liaisons nationales et internationales. Les lignes intérieures sont divisées en deux services : les lignes normales et les lignes InterCity (plus rapides).

Budapest était l’un des principaux arrêts de l’Orient-Express jusqu’en 2001, lorsque la ligne fut limitée à la liaison Paris-Vienne.

++++
Métro

Station de métro Kossuth Lajos tér à Budapest

Budapest est dotée d’un réseau de métro depuis 1896. Il fut le deuxième construit en Europe, après le métro londonien.

Trois lignes sont actuellement en fonctionnement, et une ligne 4 est prévue pour 2010 (la 5 est à l’étude). À chaque ligne est associée une couleur : la ligne M1 de couleur jaune, a été restaurée à l’original offrant un trajet historique au cœur de la ville ; Les lignes M2 (rouge) et M3 (bleue), construites plus récemment desservent d’autres quartiers. Toutes les lignes se croisent à la station Deák Ferenc tér située du côté Pest. Seule la ligne 2 (rouge) dessert Buda.

Le prix du ticket à l’unité (270 HUF en septembre 2008) est le même que pour les autres transports en commun de la ville. Le premier train est à 4h30 du matin, le dernier à 23h10.

++++
Réseau routier

Budapest est le plus grand pôle d’échanges routier de Hongrie : toutes les grandes autoroutes du pays s’y rejoignent. Il est réputé pour son mauvais entretien, et pour être la cause de nombreux accidents et de la durée de vie raccourcie des véhicules y circulant.

Un plan de restauration des rues, routes et autoroutes a été entamé en 2003 et que chaque été, de nombreux travaux sont réalisés pour améliorer le réseau urbain.
Un périphérique appelé M0 est également en cours de réalisation pour contourner toute la ville et ainsi connecter les autoroutes hongroises.

++++
Tramway

Tramway au bord du Danube (ligne n°19)

Le tramway est un moyen de transport très performant à Budapest grâce aux nombreuses lignes à disposition. La ligne la plus importante est la ligne 4-6 qui traverse toute la ville en son milieu et en arc-de-cercle. La ligne part de Moszkva Tér (Place Moscou) au nord de Buda (au pied du quartier du Château), traverse le Danube par le pont Margit, parcourt Pest via le Grand Boulevard, puis retraverse le Danube pour terminer au sud de Buda. C’est la ligne la plus utilisée à Budapest car elle dessert les principaux points d’intérêt touristiques (Château, Île Marguerite, Oktogon) et commerciaux. Cette ligne dessert également les lignes de métro et les principales lignes de bus.

Ce système de tramway est également couplé à un service de bus électriques (trolleybus) et classiques. La nuit, des lignes de bus prennent le relais pendant que le tramway est arrêté.

++++
Funiculaire, train à crémaillère, train des Enfants.

Situé face au pont aux chaînes, le funiculaire permet de monter jusqu’au palais royal. Sa pente extrêmement abrupte s’étend sur une centaine de mètres. Inauguré en 1870, le funiculaire à vapeur servait de transport public aux employés de l’administration qui travaillaient au Château. Rénové en 1986, il fonctionne aujourd’hui à l’électricité, mais un câble fait toujours fonctionner le balancier, qui permet à un train de monter tandis que l’autre descend.

Un train à crémaillère permet de monter sur les collines de Buda en traversant les quartiers chics. Son point de départ se trouve non loin de la place Moszkva Tér.
Le Train des Enfants, sur les collines de Buda, est un train de dimension réduite totalement géré par des enfants en uniforme. Seul le chauffeur est adulte.

Déplacement à Budapest
Mars 2009
Déplacement à Budapest
A télécharger pour une ballado-diffusion
Chorale
Déplacement Budapest mars 2009
Chorale - Déplacement à Budapest - mars 2009
à télécharger pour une ballado-diffusion